Naviguer sur IIZ

© Sam Balye/unsplash

Intégration dans la formationMigration et intégration

Adolescents et jeunes adultes arrivés tardivement en Suisse

Souvent, les jeunes adultes qui ont immigré en Suisse après l’âge de 16 ans n’ont pas de diplôme de niveau secondaire II. Un état des lieux renseigne sur le nombre de jeunes adultes arrivant chaque année en Suisse dans le cadre d’un regroupement familial, sur leur parcours de formation et sur la manière dont l’accès au système de formation suisse est amélioré pour ces personnes. 

Le Projet

Il est un fait que l’Agenda Intégration Suisse 2018 définit un processus d’intégration cible pour les personnes admises à titre provisoire et les réfugiés reconnus et qu’il clarifie les interfaces entre l’intégration et la formation. Toutefois, ce processus n’est pas valable pour les adolescents et les jeunes adultes originaires de l’UE/AELE ou d’États tiers, qui ne sont pas concernés par le domaine de l’asile. Jusqu’il y a peu, on ne savait pas combien d’adolescents et de jeunes adultes immigrent chaque année en Suisse en provenance de ces régions ; de même, on ne disposait que de peu d’informations sur l’importance de leurs besoins de formation et sur les mesures d’intégration et de formation particulières qui leur font défaut. C’est pour apporter des réponses à ces questions que le Secrétariat d’État à la formation, à la recherche et à l’innovation (SEFRI) et la Conférence suisse des directeurs cantonaux de l’instruction publique (CDIP) ont diligenté une étude. 

28 % des jeunes immigrés (25 à 29 ans) arrivés tardivement en Suisse s’y sont établis dans le cadre d’un regroupement familial. Souvent, ces personnes ne possèdent pas de certification professionnelle et ne suivent pas de formation. Leur intégration dans le système suisse de formation dépend, en plus de leur motivation intrinsèque, de l’offre de formation existante, du degré d’information et de la situation familiale. L’accès à la formation que permet la formation scolaire antérieure effectuée à l’étranger joue aussi un rôle important. Les auteurs de l’étude citent par ailleurs l’entourage comme élément crucial d’une intégration réussie dans la formation. La langue reste toutefois la barrière majeure, car tant les personnes concernées que le système de formation lui-même sous-estiment le travail que nécessite l’apprentissage d’une nouvelle langue.  

Partenaires de la CII 

L’étude a été financée conjointement par le SEFRI et la CDIP. Un groupe de pilotage composé de représentantes et de représentants de la CDIP, du SEFRI et du SEM a accompagné le projet.

Renseignements

Sarah Zuber, responsable de projets unité Politique de la formation professionnelle, SEFRI, sarah.zuber@sbfi.admin.ch 

Objectifs du projet 

  • Clarification de la taille du groupe des adolescents et des jeunes adultes originaires de l’UE/AELE ou d’États tiers qui sont arrivés tardivement en Suisse au motif d’un regroupement familial ou de leur mariage , ainsi que des profils de ces personnes.
  • Identification des offres d’intégration et de formation existantes et besoins supplémentaires éventuels en la matière pour le groupe cible.

État du projet

Terminé

Les résultats de l’étude ont été répercutés dans l’Agenda intégration Suisse (AIS Phase II), qui a été approuvé en 2019 par la Confédération et les cantons. L’étude et la phase de projet de l’Agenda Intégration Suisse sont terminées.

Informations complémentaires 

Agenda intégration Suisse : phase de projet terminée et consultation pour un nouveau financement ouverte (admin:ch)

Documents

Audios

Adolescents et jeunes adultes arrivés tardivement en Suisse

État des lieux au niveau de la transition I, mai 2019

Retour